Pension de retraite: L’ordonnance de 2012 corrige les anciennes inégalités

Pension de retraite: L’ordonnance de 2012 corrige les anciennes inégalités

mercredi, 11 janvier 2017 12:41
Pension de retraite: L’ordonnance de 2012 corrige les anciennes inégalités Crédits: Joséphine Kouadio

Pour elle, avec la nouvelle réforme, le fonctionnaire bénéficie d’une prorogation de cinq années d’activités supplémentaires et obtient une pension qui représente 61,25% du traitement indiciaire d’activité. Ce, contre 60% sous l’ancienne loi de 1962.

Pension de retraite: L’ordonnance de 2012 corrige les anciennes inégalités

La Coordination des syndicats de la Fonction publique invite les syndicats contestataires de cette loi à lever leur mot d’ordre et à se rendre au forum social de Grand-Bassam pour faire des propositions.

Même si elle a des points qui peuvent être améliorés, l’ordonnance 2012-303 du 4 avril, portant organisation des régimes de pensions gérés par l’Ips-Cgrae, a beaucoup d’avantages pour le retraité ». C’est l’analyse faite, hier, par la Coordination des syndicats de la Fonction publique (Cosyfop) à son siège, au Plateau.

Au cours d’une conférence de presse, elle a, par la voix de sa coordinatrice générale, porte-parole, Kangouté Maïmouna-Fofana, fait l’analyse des points de la nouvelle pension de retraite, du paiement du capital décès et de la pension de réversion au conjoint contestés par la Plate-forme des organisations professionnelles du secteur public.

Pour elle, avec la nouvelle réforme, le fonctionnaire bénéficie d’une prorogation de cinq années d’activités supplémentaires et obtient une pension qui représente 61,25% du traitement indiciaire d’activité. Ce, contre 60% sous l’ancienne loi de 1962. De plus, les avantages octroyés par l’ancienne loi au fonctionnaire, lui permettant de bénéficier de la majoration pour famille nombreuse et l’allocation familiale, ont été retirés.

Ainsi, la bonification de 10 à 30% par enfant pouvant relever le taux de remplacement global du fonctionnaire entre 70 et 90% de son traitement indiciaire est annulé. Parce que, par exemple, « des fonctionnaires bénéficiaient du montant de 2500 Fcfa versé à chacun de leurs six enfants par mois, dans la limite d’âge de 21 ans, même quand ces derniers avaient passé les 21 ans. Certains, lorsqu’ils ont 50 ans et d’autres, quand ils sont décédés ».

Concernant le paiement du capital décès, Kangouté Maïmouna indique qu’il continue d’être payé par l’État par l’intermédiaire de l’Ips-Cgrae. Pareil pour la pension de réversion au conjoint. Sauf que la nouvelle ordonnance accorde au veuf le droit de bénéficier de la pension de conjoint comme cela se faisait pour la veuve et l’orphelin, conformément à l’ancienne loi.

Au vu de tous ces points, la Coordinatrice générale de la Cosyfop invite ses camarades syndicats à lever leur mot d’ordre de grève, en attendant le forum social du 23 au 25 février de Grand-Bassam. Parce que « c’est au cours de ce rendez-vous que nous pourrons apporter tous les amendements que nous voulons. Car dans le fond, l’ordonnance de 2012 est favorable au mieux-être du fonctionnaire ».


HERVÉ ADOU

 

Lire 164 times Dernière modification le mercredi, 11 janvier 2017 17:33