Nuit du 31 décembre 2016: Une fillette blessée par balle à Bingerville

Nuit du 31 décembre 2016: Une fillette blessée par balle à Bingerville

dimanche, 01 janvier 2017 13:21
Nuit du 31 décembre 2016: Une fillette blessée par balle à Bingerville Crédits: MOUHAMED FADIGA

C’est aux alentours de 00 heure 30 min, depuis la terrasse de leur domicile sis au quartier Berlin d’où ils observaient les feux d’artifice offerts aux Bingervillois par le maire et son conseil municipal que T.S., une fillette âgée de 7 ans se plaint de douleurs dans le dos.

Nuit du 31 décembre 2016: Une fillette blessée par balle à Bingerville

Une fillette a été blessée par balle dans la nuit du 31 décembre 2016 au 1er janvier 2017 à Bingerville alors qu’elle assistait aux feux d’artifice avec ses parents.

C’est aux alentours de 00 heure 30 min, depuis la terrasse de leur domicile sis au quartier Berlin d’où ils observaient les feux d’artifice offerts aux Bingervillois par le maire et son conseil municipal que T.S., une fillette âgée de 7 ans se plaint de douleurs dans le dos.

Ces parents croyaient au départ à l’effet de la chute d’une noix de coco comme ils étaient arrêtés sous un cocotier. « C’est en regardant de près que je constate que sa robe est tachée de sang avec un trou au niveau de l’épaule », expliqua madame Soro, la mère encore sous le choc.

Immédiatement conduite aux urgences du Chr de la ville puis à la clinique de l’Indénié au Plateau, une radio a révélé la présence du projectile entré par l’épaule et qui s’est logé dans les muscles de la hanche sans toucher d’organe vital. « C’est Dieu qui l’a sauvée », se réjouit la grand-mère de la victime. « Dieu merci, parce qu’un centimètre plus loin elle l’aurait reçu dans la tête, et le pire se serait produit. Je rends gloire à Dieu», ajoute-t-elle. Telle que décrite par les parents à partir de la radiographie, cette balle allongée ressemble à celle d’un Ak 44 (Kalachnikov).

Toujours est-il que c’est le lieu d’attirer l’attention des autorités sur le laxisme observé devant l’usage abusif des pétards qui a prévalu durant cette période des fêtes de fin d’année. Et cela, en dépit de l’interdiction du gouvernement.


MOUHAMED FADIGA
CORRESPONDANT LOCAL

Évaluer cet article
(0 votes)
Écrit par  MOUHAMED FADIGA
Lire 298 times Dernière modification le dimanche, 01 janvier 2017 14:47