BOUAKÉ : La ville retrouve son animation habituelle après 48h de paralysie

BOUAKÉ : La ville retrouve son animation habituelle après 48h de paralysie

dimanche, 08 janvier 2017 13:26

Pendant 3h (19h à 22h) de temps, le ministre a été retenu à la résidence du sous-préfet où ont eu lieu les discussions. Finalement, le ministre et sa délégation ont pu regagner l’aéroport pour regagner Abidjan en hélicoptère.

BOUAKÉ : La ville retrouve son animation habituelle après 48h de paralysie

Après 48 heures de paralysie de Bouaké suite au mouvement d’humeur au sein des unités de l’armée basée à Bouaké, les choses semblent rentrer dans l’ordre, ce dimanche 8 janvier 2017, pour le grand bonheur de la population.

En tout cas, ce qui nous a été donné de constater dès les premières heures de la journée de ce dimanche, la ville a retrouvé une certaine animation contrairement aux deux jours précédents où Bouaké ressemblait à une ville morte. Toutes les activités étaient bloquées. Mais le fait marquant qui montre bien que Bouaké retrouve petit à petit son animation habituelle, c’est la réouverture des corridors sud et nord.

Les camions, les cars de transport, les véhicules personnels qui étaient bloqués à ces corridors ont recommencé à circuler. Nous avions surpris dès 8h au corridor sud, des officiers supérieurs de l’armée, de la gendarmerie et de la police entrain de redéployer certains éléments de la police et la gendarmerie. Nous avions aussi constaté la présence des éléments de la douane.

Du côté du rond-point de la cathédrale, des policiers en faction régulaient la circulation. Cependant, la préfecture de police était encore occupée par des hommes en arme. Les taxi-véhicules et motos ont recommencé à circuler. Les commerçants ont repris leurs activités au marché central et les petits marchés des quartiers. Etant dimanche, jour de repos, les administrations publiques et privées sont restées fermer, en attendant la reprise demain lundi.

Visiblement, l’appel lancé par Alassane Ouattara, Président de la république a produit les effets escomptés puisque progressivement les soldats insurgés ont commencé à regagner leurs casernes. Ayant mesuré l’ampleur de la situation, le Président de la république a dépêché urgemment à Bouaké, Alain Richard Donwahi, ministre en charge de la défense, le samedi 7 janvier, pour échanger avec les soldats et recueillir leurs préoccupations.

La discussion qui a commencé aux environs de 15h30 a pris fin aux environs de 17H30. Au cours d’un entretien avec la presse, le ministre de la défense a assuré qu’il ne s’agit pas de négociation mais de discussion en famille. Et qu’avec les soldats, ils sont parvenus sur les points de revendications mais qu’il laissait le soin au Chef de l’Etat d’annoncer la bonne nouvelle au cours d’une adresse.

Malheureusement, les choses vont dégénérer par la suite. Des soldats qui voulaient la résolution de leurs revendications dans l’immédiat, ont décidé de manifester leurs mécontentements en tirant des coups de feu en l’air. Provoquant la panique au sein de la délégation ministérielle, des autorités locales ainsi que des journalistes. Pendant 3h (19h à 22h) de temps, le ministre a été retenu à la résidence du sous-préfet où ont eu lieu les discussions. Finalement, le ministre et sa délégation ont pu regagner l’aéroport pour regagner Abidjan en hélicoptère.

CHARLES KAZONY

CORRESPONDANT REGIONAL    

Lire 200 times Dernière modification le dimanche, 08 janvier 2017 13:31