Le Fpi face à la présidentielle de 2015
jeudi, 27 août 2015 14:32

Le Fpi face à la présidentielle de 2015 Featured

Écrit par Dr gaoussou karamoko
Évaluer cet article
(0 votes)
Le Fpi face à la présidentielle de 2015 DR

Au moment où les sangaristes se désolidarisent de leur nouvelle coalition Cnc, avec en ligne de mire le boycott de l’élection présidentielle de 2015, Affi N’Guessan dépose son dossier de candidature à la Commission électorale indépendante (Cei) pour le compte du Fpi.

Le Fpi face à la présidentielle de 2015

Depuis la fin de la crise post-électorale marquée par le départ de Laurent Gbagbo pour la Cour pénale internationale (Cpi), le Front populaire ivoirien se trouve dans la tourmente. Il est tourmenté dans ses choix stratégiques et idéologiques. Le parti de Laurent Gbagbo est devenu hybride avec un fort bicéphalisme. Tiraillé entre affiste et sangariste, chaque aile fait sa scène.

Au moment où les sangaristes se désolidarisent de leur nouvelle coalition Cnc, avec en ligne de mire le boycott de l’élection présidentielle de 2015, Affi N’Guessan  dépose son dossier de candidature à la Commission électorale indépendante (Cei) pour le compte du Fpi. Grand stratège et défenseur de Gbagbo pour les uns, traître et auteur d’un grand parricide pour les autres, Affi est candidat contre le grand rival politique qui fit tomber Gbagbo. Dans ces conditions, quel sens donner à la candidature de l’actuel président du parti frontiste?

La candidature d’Affi N’Guessan divise le Fpi parce qu’elle apparaît comme un renoncement à une ligne commune et à la  vision d’ensemble. Pour certains caciques, Affi a rompu avec les idéaux de la refondation. La légalité de sa candidature cacherait ainsi une illégitimité interne. Pour les sangaristes, aller à l’élection présidentielle équivaudrait à assassiner politiquement et à jamais Laurent Gbagbo.

Pour les affistes, l’auto exclusion est le pire des scénarios car la scène politique a horreur du vide. Entre ces deux extrêmes, certains jouent la médiane, les indécis, les non-alignés, pourrait-on dire.

A mon sens, le Fpi se trouve confronté à un  choix politique. De toutes les définitions qu’on pourrait donner de la politique, d’Aristote  à Hannah Arendt en  passant par Machiavel, il me plaît plutôt de donner celle du sociologue Duverger dans son Introduction à la politique: « Depuis que les hommes réfléchissent à la politique, ils oscillent entre deux interprétations diamétralement opposées.

Pour les uns, la politique est essentiellement une lutte, un combat, le pouvoir permettant aux individus et aux groupes qui le détiennent d’assurer leur domination sur la société et d’en tirer profit. Pour les autres, la politique est un effort pour faire régner l’ordre et la justice, le pouvoir assurant l’intérêt général et le bien commun contre la pression des revendications particulières.»

La politique est donc en elle-même un choix : un choix de paix ou de violence, de pardon ou de vengeance, de conciliation ou de division, un choix de se faire craindre ou aimer, un choix de communication vraie ou de ruse. La politique peut être une science morale ou amorale voire immorale.

Les deux versants du Fpi doivent savoir que la politique n’est pas que dans le choix, mais dans l’opportunité du choix. Le refus d’aller aux élections pourrait être suicidaire pour la frange de cette formation politique qui a cette posture. Cette stratégie n’aura pour seul intérêt que la victimisation de soi.

La participation du Fpi à l’élection présidentielle participe de la décrispation, concourt à l’apaisement social, au pardon qu’il attend des autres et que les autres aussi attendent de lui. Mais Affi n’aura raison contre les sangaristes que si les structures chargées de l’organisation des élections jouent correctement leur partition. 2015 doit taire à jamais les rancœurs, les guéguerres et les guerres du passé.

Par le dr gaoussou karamoko
Observateur libre
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Lire 1505 times Dernière modification le jeudi, 27 août 2015 14:57