Transition de la fragilité à la résilience : Des réflexions sont en cours à la BAD

Transition de la fragilité à la résilience : Des réflexions sont en cours à la BAD

mercredi, 11 janvier 2017 11:15

Pour cette rencontre de haut niveau, 150 personnalités prennent part, dont des représentants de gouvernements, de partenaires régionaux, d’organisations internationales, du secteur privé et de la société civile ainsi que des experts des questions de développement.

Transition de la fragilité à la résilience : Des réflexions sont en cours à la BAD

Conformément à sa vocation d’institution de développement, le Groupe de la Banque africaine de développement (Bad) s’est fixé, en 2016, cinq objectifs prioritaires (le Top 5) dont la mise en œuvre devrait, à bien des égards, transformer l’Afrique. Tant sur le plan infrastructurel que sur les conditions de vie des populations. Des populations en pleine croissance et estimées à ce jour à plus d’un milliard d’habitants.

Comment mettre en œuvre convenablement ces objectifs qui prennent en compte les domaines les plus essentiels de la vie économique et social des pays du continent et qui devrait faciliter leur transition (pour ceux qui l’ont déjà entamé) de la fragilité à la résilience ? C’est tout le sens du forum qui s’est ouvert hier, au siège de l’institution financière à l’immeuble Ccia à Abidjan-Plateau dont le thème s’intitule « Opérationnaliser le Top 5 pour une Afrique résiliente ».

Pour cette rencontre de haut niveau, 150 personnalités prennent part, dont des représentants de gouvernements, de partenaires régionaux, d’organisations internationales, du secteur privé et de la société civile ainsi que des experts des questions de développement.

Ouvrant les travaux de la rencontre qui prend fin aujourd’hui, et en se référant à des périodes sombres vécues récemment dans certaines parties du continent, le président de la Bad, Akinwumi Adesina, est revenu sur la nécessité pour les dirigeants africains et des partenaires au développement de s’unir et traiter avec beaucoup de sérieux les questions liées à la fragilité. « Il faudrait plus qu’une seule institution pour que l’Afrique parvienne à cette résilience que nous voulons atteindre (…) Ce premier forum est très important dans la mesure où il nous servira de cadre pour renforcer nos partenariats et mûrir de bonnes idées dans notre lutte contre la fragilité des pays et assurer des services optimaux aux populations (…) La question de la fragilité, à mon sens, reste le plus grand défi pour le continent. Et donc nous devons trouver des emplois pour nos jeunes sinon cette fragilité s’en trouvera exacerbée », a-t-il prévenu.

Le président de la Bad a également plaidé pour une intégration plus forte des pays du continent ainsi que de leurs économies. Toutes choses qui devrait, avec l’appui des partenaires au développement dont l’Union africaine, la Banque mondiale et le Pnud qu’il a salué, faciliter la transition de la fragilité à la résilience. Ce forum est une occasion idéale pour la Bad qui est en quête de partenariats et de nouvelles coopérations pour faire face aux défis de la fragilité dont les manifestations les plus alarmantes et illustratives sont la montée en puissance de l’extrémisme. Pour rappel le Top 5 des objectifs de la Bad sont portés sur l’électrification, la nourriture, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de la vie en Afrique.

Six séances plénières ainsi que des sessions parallèles meublent ces deux jours de réflexions qui devraient permettre d’avoir une meilleure compréhension des différentes facettes de la fragilité mais aussi de ses catalyseurs. En effet, comme l’expliquait le président de la Bad, point de vue sur lequel a renchérit l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères et actuel président de l’Institution panafricain de stratégie (Ips), le Dr Cheikh Tidiane Gadio, remédier aux facteurs de fragilité et adopter les stratégies et mesures nécessaires à la conduite de la transition vers la paix, la stabilité, la croissance, la cohésion et les accords politiques inclusifs seront les objectifs ultimes.

Faustin Ehouman

Évaluer cet article
(1 Vote)
Écrit par  Kamagaté Issouf
Lire 83 times Dernière modification le mercredi, 11 janvier 2017 11:46