Riz: L’autosuffisance préoccupe les organisations agricoles du Sud-Comoé

Riz: L’autosuffisance préoccupe les organisations agricoles du Sud-Comoé

mercredi, 11 janvier 2017 10:57
Production de Riz: L’autosuffisance préoccupe les organisations agricoles du Sud-Comoé Production de Riz: L’autosuffisance préoccupe les organisations agricoles du Sud-Comoé Crédits: Archives ( DR)

«Que ferons-nous dans ce pays, le jour où les pays asiatiques, d’une façon ou d’une autre ne seront plus à mesure de nous approvisionner en riz ? ». L’évidence de la réponse à la question de M. Jérôme Anoh Bouah, président de la Fédération des organisations agricoles du Sud-Comoé, a résonné dans la tête des petits producteurs de riz de la région comme un appel pressant.

Celui de la prise de décisions hardies en vue de parvenir au plus vite à l’autosuffisance en riz en Côte-d’Ivoire. La fédération des organisations agricoles du Sud-Comoé vient d’entreprendre à cet effet, une campagne de sensibilisation au projet « riz en abondance », à, travers tous les départements de la région. La tournée a démarré récemment à la place Amangoua de Bonoua.

A l’occasion du lancement de cette campagne, le premier responsable a eu des échanges francs avec les riziculteurs locaux. Donnant suite aux nombreuses préoccupations de ses pairs, portant sur la rareté voire l’inexistence de moyens matériels et financiers, M. Jérôme Anoh s’est voulu rassurant.

Il s’est plutôt appesanti sur la nécessité de l’union de tous les riziculteurs du Sud Comoé. Une fois qu’ils seront unis, soutiendra-t-il, « nous serons forts et nous serons un interlocuteur valable devant l’autorité ». Il s’est ensuite penché sur l’aspect de la recherche dans le domaine. Les recherches qui ont permis, a-t-il informé, de croiser des variétés qui, sur un cycle court, permettent des productions beaucoup plus importantes.

Quand l’on couple à tous ces acquis, l’expertise humaine et l’existence de nombreuses superficies arables, l’on ne peut que partager l’optimisme de la Fédération pour une Côte d’Ivoire autosuffisante en riz dans les prochaines années. Il ne manque désormais plus que la volonté des uns et des autres pour adhérer à ce « projet salvateur ».


ARSENE KANGA
CORRESPONDANT RÉGIONAL

 

Évaluer cet article
(1 Vote)
Écrit par  Théodore Kouadio
Lire 77 times Dernière modification le mercredi, 11 janvier 2017 11:42