Eric Bruly: "De l’irritation à l’envol", des œuvres inspirées à la Résidence Ecologe

Eric Bruly: "De l’irritation à l’envol", des œuvres inspirées à la Résidence Ecologe

mercredi, 04 janvier 2017 16:55

Le travail d’Eric Bruly, il faut le dire, se construit dans l’urbanité. C’est ainsi qu’au-delà de l’imitation du travail de son grand-père, il va substituer progressivement le crayon de couleur à la bombe de peinture.

Eric Bruly: "De l’irritation à l’envol", des œuvres inspirées à la Résidence Ecologe

A propos des créations d'Eric Bruly, artiste-peintre et petit-fils de Frédéric Bruly Bouabré l’un des plus grands noms des arts africains, le critique d’art Mimi Auguste Errol déclarait: « Je vois une création inspirée mais de façon réelle (…) Il s’est mis à traduire les œuvres de son grand-père sur une plus grande surface ». C’était à la Résidence la galerie-résidence Ecologe à Abidjan-Bietry, rue des Alizées, où l’artiste expose sous le thème: « De l’irritation à l’envol ».

Dans ses œuvres, Eric Bruly semble assumer l’héritage d’un grand-père multidimensionnel, Bruly Bouabré, philosophe, scientifique, inventeur de l’alphabet bété, né en 1926, un oublié et victime du cursus académique. Le travail d’Eric Bruly, il faut le dire se construit dans l’urbanité.

C’est ainsi qu’au-delà de l’imitation du travail de son grand père, il va substituer progressivement le crayon de couleur à la bombe de peinture.

Au cours de sa première exposition personnelle qui a débuté le 22 décembre pour prendre fin le 22 janvier 2017, l’artiste entend donner la pleine mesure de son travail transmis de père en fils en y ajoutant son environnement. Ou en d’autres termes, comment d’un aïeux à un descendant, une connaissance peut être adaptée à l’environnement urbain.

L’art, dira l’artiste Eric Bruly, « c’est vivre pour la reproduction et la conservation sempiternelle du bien de ce monde ».  En s’appuyant sur ses propos et au regard des productions du petit fils, l’on pourrait affirmer que la relève de Bruly Bouabré est assurée. Lui qui dans une des plus importantes interviews au soir de sa vie en 2007 affirmait : « Qu’on retienne de moi ce que j’ai laissé : mes créations, mes écrits et mes pensées. Parce que la vision du soleil m’aura permis de m’apercevoir que la terre nourricière est un Dieu. » D’ailleurs Eric ne dit pas autre lorsqu’il soutient que son grand père lui a laissé comme consigne d’être bon et de cultiver la fraternité.


CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet article
(3 votes)
Écrit par  Cheickna Dabou
Lire 316 times Dernière modification le mercredi, 04 janvier 2017 18:27