13e Festival sur le Niger: La note musicale et la touche picturale ivoiriennes !

13e Festival sur le Niger: La note musicale et la touche picturale ivoiriennes !

mardi, 10 janvier 2017 15:36
13e Festival sur le Niger: La note musicale et la touche picturale ivoiriennes ! Crédits: DR

Du 1er au 5 février 2017, Ségou, la ville historique malienne, sera la capitale culturelle de l’Afrique à la faveur de sa grand’messe annuelle sur son mythique fleuve, avec la Côte d’Ivoire au rendez-vous.

13e Festival sur le Niger: La note musicale et la touche picturale ivoiriennes !

La programmation officielle du 13e Festival sur le Niger qui se tiendra à Ségou au Mali (environ 200 km au nord de Bamako, centre du pays), du 1er au 5 février, a été dévoilée, le 9 janvier 2017. Dans une correspondance émanant du président de la Fondation éponyme et directeur du Festival, Mamou Daffé, la cuvée 2017 de ce rendez-vous multiculturel et pluri-artistique, mais avec une prééminence musicale, affiche la participation très attendue de la nouvelle perle de la musique acoustique ivoirienne, Ayidissa.

Cette sorte de « Tracy Chapman » à la sauce ivoirienne, aura sur les berges du fleuve Niger, l’opportunité de partager la scène aux côtés de sommités telles que Salif Kéita, Vieux Farka Touré, Madou Sidiki Diabaté, Ali Farka Touré Band, Abdoulaye Diabaté… (Mali), Didier Awadi (Sénégal), José Mucavelé (Mozambique), Monza (Mauritanie), Elida D’Almeida (Cap-Vert), Daraa Tribes (Maroc), Saintrick (Congo/Sénégal), Scène ’Art (Gabon), Koudy Fagbemi (Bénin), Under The Surface (Pays-Bas), pour ne citer  que ceux-ci parmi les artistes invités.

Auteure-compositrice-interprète, la native de la cité balnéaire de Sassandra, Ayidissa qui, du reste, signifie en neyo (langue nationale ivoirienne du sud-ouest) « Vous entendrez parler de moi », continue ainsi de faire parler d’elle depuis 2015 qu’elle est sous les feux de la rampe. A Ségou, Ayidissa avec sa musique moderne d’inspiration traditionnelle et voguant sur les sonorités blues, zouk, r&b, reggae, folk & song, entre autres rythmes, fera, à coup sûr, son entrée dans la cour des grands !

Outre la musique, le festival qui est ouvert à l’art pluriel, fera aussi le lit au talent pictural, côté ivoirien, à Pascal Konan, l’un des artistes-peintres les plus doués de sa génération sur le continent. Professeur de peinture aux Beaux-Arts d’Abidjan, Pascal Konan axe son travail sur les scènes de la vie quotidienne africaine par des taches aléatoires auxquelles il donne des formes et des contours en surimpression, donnant ainsi une dimension psychédélique à un travail très construit.

En se faisant l’interprète d’une émotion particulière, celle que produisent les villes africaines avec la foule, les bruits, les odeurs, tout le brassage culturel avec son langage et sa chaleur, sa démarche globale de peintre est l’exaltation d’une enfance heureuse passée dans un des faubourgs d’Abidjan qui témoigne pourtant sur la précarité d’une Afrique aux prises avec l’urbanité. Considéré comme l’une des relèves assurées des cimaises africaines, il aura l’honneur de partager l’affiche avec le Béninois Ludovic Fadaïro, l’une des figures de proue des arts visuels contemporains.

Sans compter que les deux artistes ivoiriens seront placés sous l’ombre tutélaire du Pr Yacouba Konaté, philosophe et critique d’art de renommée mondiale, directeur général du Marché des arts du spectacle africain (Masa), partenaire du festival.


« Jeunesse africaine et le défi du numérique »

Florilège d’arts et cultures, artisanat et artisanat d’art, de tourisme et de dialogue universel, le Festival sur le Niger, pendant cinq jours s’érige comme un condensé d’expressions créatives. Et ce, à l’aune des récentes évolutions technologiques perçues comme une chance pour le continent africain. Car, faut-il le noter, la thématique centrale de l’édition 2017 du festival est « Jeunesse africaine et le défi du numérique ».

D’autant plus que le Festival sur le Niger se donne pour mission de contribuer à la promotion des expressions artistiques et culturelles, du tourisme au Mali, d’offrir à son public national et international, une rencontre artistique de qualité et d’appuyer l’économie locale de Ségou et sa région à travers la création d’opportunités économiques et le renforcement du secteur culturel. Le tout à même d’inspirer d’autres cités et régions du continent.

Les principales composantes autour du thème susmentionné, seront: des expositions d’art contemporain, rencontres artistiques et professionnelles, des spectacles de musiques et danses traditionnelles, de marionnettes, des plateaux pour les jeunes talents, une foire internationale, des ateliers de créations manuelles et des concerts-géants.


REMI COULIBALY

Évaluer cet article
(1 Vote)
Écrit par  REMI COULIBALY
Lire 189 times Dernière modification le mardi, 10 janvier 2017 15:58